Presse

Gravir le « toit de l’Afrique » alors qu’il se déplace en fauteuil roulant !

Tel est le défi que veut relever le maire de Langoëlan, Yann Jondot, pour faire avancer la cause de l’accessibilité des bâtiments publics.
C’est un bel exemple de mutualisation des moyens. Le matériel d’un côté, un beau projet mais aussi un réseau et de l’expérience de l’autre. Pour mener à son terme, un projet d’ascension du Kilimandjaro (3.962 mètres), Yann Jondot, maire de Langoëlan, paraplégique, est venu chercher du soutien du côté de la commune du Saint.
« Un sommet pour une rampe »
Pourquoi Le Saint ? Parce que la commune possède deux joëlettes (fauteuils de randonnée tout-terrain pour personnes à mobilité réduite) qu’elle peut prêter. Défi humain et acte de solidarité, le projet de monter sur le « toit de l’Afrique » est porté par Handiforce, créée en 2015 à Langoëlan, avec le concours de l’association ChemindesSens. Il est baptisé « Un sommet pour une rampe ». « Si une équipe motivée, animée par une même volonté de surmonter les obstacles, arrive à atteindre le plus haut sommet d’Afrique en compagnie de Yann, dans une chaise adaptée, alors on doit pouvoir assurer l’accès des sites publics à toutes les personnes en situation de handicap », expliquent les organisateurs.
Améliorer l’accessibilité pour tous
« C’est une ascension symbolique pour alerter l’opinion sur l’accessibilité des sites publics en Centre-Bretagne et ailleurs aux personnes en situation de handicap », précise Yann Jondot. « Il s’agit aussi de prouver que si la solidarité peut faire gravir des montagnes, elle peut aussi faire construire des rampes d’accès et tout autre dispositif autorisant l’accès à tous aux sites publics. Nous voulons montrer à l’État que la loi sur l’accessibilité est difficile à appliquer financièrement dans les communes et qu’il serait préférable d’avoir une vision plus globale et cohérente de l’accessibilité pour tous ».
Une équipe à compléter
L’expédition est composée de trois personnes : Yann Jondot, maire de Langoëlan et éducateur sportif, assisté de Manon Jondot, étudiante, et d’Isabelle Chemin de l’association ChemindesSens déjà à l’origine d’une ascension du Kilimandjaro en compagnie d’un jeune paraplégique tanzanien. Deux ou trois autres participants privés pourront se joindre à l’expédition notamment une personne porteuse d’un autre handicap que moteur (visuel ou auditif par exemple) ainsi qu’un ou deux sportifs désireux de participer à cette ascension solidaire. Les organisateurs recherchent des partenaires financiers, sponsors de l’événement, mais aussi techniques, médiatique, bénévole et événementiel. André Le Moustarder, réalisateur indépendant de documentaires tournera un reportage pendant l’expédition. Le départ est prévu en octobre 2017.

Ouest-France